Flèche haut Flèche bas
Flèche haut Flèche bas

HOMMAGE RENDU A HENRI BERTHELOT PAR VERONIQUE :

Henri

 

Nous, tes vieux compagnons de route, nous qui avons roulé si longtemps sur des dizaines de milliers de kilomètres, nous avons tant de choses à dire, tant d'anecdotes à raconter qu'il faudrait écrire un livre sur ta vie si riche.

 

Henri, c'était un prénom qui claquait souvent dans nos randonnées. Tu as porté partout et si loin ton maillot dans toute la France et même un peu au delà, que tu étais reconnu et salué sur toutes les routes. Ce maillot vert et orange auquel tu étais si attaché.

Tu as été notre Président et il suffisait que tu nous proposes une randonnée, un voyage, un séjour pour te suivre. Nous savions que ce serait sympa et surtout, quelque soit notre forme du moment, tu serais toujours là pour nous attendre. Et à cela aussi tu étais très attaché.

Même à l'époque où toi et Raymond, auriez pu en distancer plus d'un et prendre la douche avant tout le monde, vous restiez derrière à protéger du vent le débutant ou le défaillant du jour. Et c'était là tout le secret de l'accueil du club de Senonches, donner le bon rythme en s'adaptant aux participants pour rentrer tous ensemble.

 

Nous suivions tes projets parce qu'une fois sur la route, c'est toi qui nous suivais et pour toi, il n'y avait que le plaisir de rouler et d'être ensemble, une journée, trois jours ou une semaine. Tu oubliais au fur à mesure les endroits où nous passions....pour les redécouvrir avec plaisir, la fois suivante.

 

Henri tu étais gentil, galant, attentionné, courageux, c'était un vrai plaisir de passer des heures et des heures à discuter avec toi et d'écouter, voire réécouter ta jeunesse de garçon Boucher et ta carrière de boxeur. Mais aussi de t'entendre exprimer avec force et conviction tes idées. Tu étais une rare personne qui était et faisait ce qu'il disait et cela te donnait une force tranquille et la vraie classe....

 

Dans ton dernier Ventoux, tu nous as accompagné tranquillement sur les premiers kilomètres, tu t'es arrêté et puis tu as lancé: " et maintenant, montez le pour moi". Et depuis nous continuons de rouler un peu pour toi, aussi.

 

Tu nous as manqué sur les parcours des samedis et des dimanches et à présent tu vas beaucoup nous manquer mais tu seras toujours présent dans nos cœurs.

 

Salut à toi Henri …….